ShareThis

Grande intercommunalité Cannes-Amirat : les Mouansois disent...

Organisée par un collectif, la consultation citoyenne de Mouans-Sartoux sur le schéma imposé d'intégration dans une grande communauté d'agglomération est sans appel : sur 3.569 votants (45,9% des inscrits) 3.449 personnes, ont voté "Non" (96,9%).

Un non clair et net, sans appel,  à l'intercommunalité élargie au bassin cannois qui leur est imposée : c'est ce qu'ont dit hier dimanche les habitants de Mouans-Sartoux à l'occasion d'un référendum citoyen. Il était organisé par un collectif d'habitants de Mouans-Sartoux afin que "la population donne démocratiquement son avis sur le projet d'intégration dans la grande communauté d'agglomération que propose autoritairement le Préfet des Alpes Maritimes". Au total 96,36% des 3.569 votants (45,9% des inscrits), soit 3.449 personnes, ont voté "Non".

"C'est une leçon pour tous ceux qui veulent écarter le peuple des décisions qui le concernent", a déclaré en soirée le maire de la commune André Aschieri qui a rendu hommage au collectif qui s'est substitué à la commune pour l'organisation de la consultation populaire. "J’imagine qu’avec une organisation communale, la participation aurait été encore plus élevée, a ajouté le maire. " A présent, je demande solennellement à l’Etat et à la CDCI de respecter l’avis des communes de l’Ouest, des communes de la Roya et de la population de Mouans-Sartoux qui ne veulent pas de ce qui a été décidé sans eux", a-t-il conclu.

Le découpage vertical des nouvelles intercommunalité avait été préparé par l'ancien Préfet des Alpes Maritimes Francis Lamy et doit être entériné d'ici le 31 décembre. Sur le secteur Ouest du département, la CASA, communauté d'agglomération Sophia Antipolis, s'élargit sur 8 communes au nord (Cipières, Coursegoules, Bézaudun-les-Alpes, Gréolières, Roquesteron Grasse, Conségudes, Les Ferres et Bouyon). Un regroupement qui a été bien accepté. Il n'en est pas de même sur la frange ouest, où le projet d'intercommunalité présenté fait l'objet de multiples oppositions pour des raisons parfois différentes (Cannes notamment prône une plus grande intercommunalité avec un regroupement qui inclurait la CASA).

Cliquez sur la carte pour l'agrandir.

Dans le schéma actuel, seraient ainsi regroupées cinq communes "isolées" de la Côte qui ne participent à aucune intercommunalité (Cannes, Mandelieu, Théoule, Le Cannet et Mougins) avec trois intercommunalités : la CAPAP (Communauté d'agglomération Pôles Azur Provence à laquelle appartient déjà Mouans Sartoux aux côtés de Grasse, La Roquette, Pégomas et Auribeau), Terre de Siagne (Saint-Vallier, Saint-Cézaire, Peymeinade, Cabris, Le Tignet, Spéracèdes) et Mont d'Azur (quatorze communes, allant au nord jusqu'en bordure des Alpes de Haute-Provence avec Briançonnet, Amirat, Collongues, Sallagriffon et incluant Saint-Auban, Andon, Seranon, etc.). Sur 29 communes concernées, 24 ont voté contre ce schéma de regroupement ainsi que les 3 intercommunalités existantes.

Dans ce refus déjà assez global, Mouans-Sartoux vient apporter une dimension populaire même si, comme le rappelle la Préfecture, "d’un point de vue formaliste cette consultation est sans valeur."


Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011