ShareThis

Jean-Philippe Nabot, nouveau président du centre Inra PACA

Un nouveau président depuis janvier pour le centre de recherche Inra Provence-Alpes-Côte d’Azur : Jean-Philippe Nabot a succédé à Michel Bariteau, parti à la retraite fin décembre 2018 après huit années passées à la présidence. Relevant de la fusion des centres d’Avignon et de Sophia Antipolis, le centre de recherche PACA se place au 4ème rang national parmi les 17 centres Inra avec un budget consolidé de 54 millions d’euros. Il rassemble 1.000 agents, dont 700 agents permanents, répartis dans 26 unités, localisés sur 10 sites : Avignon et Sophia-Antipolis, et huit autres sites (Aix-en-Provence, Gotheron, Le Cap d’Antibes, Nice, Les Vignères, Manduel, l'Amarine et Marseille).

Avant sa nomination à l’Inra, de 2012 à 2018, Jean-Philippe Nabot a occupé les fonctions de Délégué Régional à la Recherche et à la Technologie (DRRT) de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Pendant ces six années DRRT, il a eu pour missions de contribuer à la définition des stratégies de recherche en région en lien avec les collectivités territoriales et en cohérence avec la politique nationale. Il a piloté pour l’Etat la sélection des projets de recherche à soutenir dans différents cadres (CPER, FEDER jusqu’en 2014) en particulier en coordination étroite avec le conseil régional ainsi que d’autres collectivités et assure le suivi des Investissements d’Avenir.

Il a également veillé au développement des actions de transfert et d’innovation, avec le suivi et la gouvernance des incubateurs, de la SATT Sud Est et de diverses structures, l’expertise de dossiers de crédit impôt recherche. De 2015 à 2018, il lui a été confié la présidence de la conférence nationale des DRRT.

Auparavant, de 1986 à 2012, Jean-Philippe Nabot a travaillé au Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA) où il a exercé des fonctions successives d’ingénierie de recherche et de management sur les sites du CEA à Grenoble, à Marcoule, à Cadarache et à Saclay. Il est diplômé(1982) de l’Ecole Nationale Supérieure d’Electrochimie et d’Electrométallurgie  de Grenoble – Institut National Polytechnique de Grenoble (ENSEEG- INPG)et a soutenu en 1987, un doctorat en métallurgie, préparé au sein du Laboratoire de Thermodynamique et Physico-Chimie Métallurgiques, à Grenoble.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011