ShareThis

Sophia 2030 : donner de la cohérence au développement de la technopole

Le projet Sophia 2030, dont l’objectif est de donner de la cohérence au développement de Sophia Antipolis, a été présenté hier au siège de la CASA. Rencontre avec Jean Leonetti pour évoquer les solutions imaginées par 3 cabinets d’études pour structurer l’espace en reliant les différentes zones de Sophia, et utiliser de la meilleure façon les terrains mis à disposition par l’Etat sur le secteur du Fugueiret. Pour lui, l’avenir de Sophia se dessine en forme de 8, symbole d’équilibre et d’éternité.

 

Vue du projet "La Cote 121" du Cabinet Reichen et Robert" qui imagine le futur de Sophia Antipolis

Présentation hier au siège de la CASA, du projet Sophia 2030 dont l’objectif est de donner de la cohérence au développement de Sophia Antipolis, notamment sur sa partie basse où de grands équipements sont en train d’émerger avec le Campus STIC, la grande Halle Sportive aux Trois Moulins ou l’aménagement de la zone des Clausonnes qui est sur le point de débuter. Pour se faire, la CASA a missionné 3 bureaux d’études qui ont travaillé pendant plus d’un an pour imaginer des solutions pour structurer l’espace en reliant les différentes zones de Sophia, et utiliser de la meilleure façon les terrains mis à disposition par l’Etat sur le secteur du Fugueiret. Les 3 projets présentés : La Cote121 par le cabinet Reichen et Robert, L’Hyperparc par l’agence TER et l’Archipel Sophia par l’équipe TVK, fourmillent d’idées novatrices tout en se rejoignant sur un certain nombre d’orientations communes.

L’avenir de Sophia se dessine en forme de 8

La CASAn’aura pas à choisir l’une d’entre elles mais pourra picorer les idées les plus intéressantes dans chacune de ces études. Pour Jean Leonetti, les problèmes les plus urgents à régler concernent d’abord le franchissement de l’autoroute, pour lequel les accords sont désormais finalisés avec le Conseil Général et Escota, ainsi que la mise en service du Bus Tram qui va pouvoir, à partir du centre d’Antibes, desservir l’ensemble de la technopole sous la forme d’une boucle à l’intérieur duquel se trouvera l’essentiel des aménagements futurs. Une boucle au dessus de laquelle se trouve une autre boucle dessinant ainsi un nombre huit, symbole d’équilibre et d’éternité, ce qui pour le Président de la CASA va plutôt bien avec Sophia Antipolis. Un autre projet qui revient dans plusieurs de ces études, et que Jean Leonetti rêve de créer, est celui d’une Cité du Savoir qui serait une vitrine pédagogique et ludique de toutes les nouveautés technologiques qui prennent naissance à Sophia. Une façon de faire rayonner l’image de technopole tout en donnant matière à rêver.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011