ShareThis

Sophia : EURECOM lance les recherches sur la 6G avec Huawei !

Grande école et centre de recherche au cœur de la société numérique, EURECOM a annoncé le lancement en partenariat avec le groupe chinois Huawei d'une Chaire de recherche portant sur les réseaux sans fil avancés et intelligents dans le contexte de la future 6G. Basée à Sophia Antipolis, la Chaire réunira une équipe de haut niveau et préparera une réponse aux nouveaux défis de l'après 5G.

A Sophia Antipolis, EURECOM, grande école et centre de recherche au cœur de la société numérique, travaillait déjà il y a quelques années sur la 5G alors que la 4G n'était pas encore opérationnelle. Aujourd'hui, l'école se retrouve de nouveau en avance de phase. Alors que la 5G est attendue l'an prochain en France, c'est sur la 6G que ses chercheurs se plongent avec un partenaire d'envergure : Huawei. Le géant chinois travaille par ailleurs avec Monaco Telecom, un autre des partenaires industriels d'EURECOM, et a fait de la Principauté le premier pays au monde à être entièrement couvert par la 5G.

Une équipe de haut niveau constituée à Sophia pour des travaux de recherche sur la 6G

EURECOM et Huawei Technologies France ont ainsi annoncé hier le lancement d’une Chaire de recherche portant sur les réseaux sans fil avancés et intelligents dans le contexte de la future 6G. (Photo DR : les représentants d'EURECOM et d'Huawei, lors de la conclusion du partenariat au Campus Sophia Tech. De gauche à droite, on reconnait Ulrich Finger, directeur de l'école, le Dr. Merouane Debbah, Directeur du laboratoire Huawei à Paris et le Pr. David Gesbert qui supervisera la Chaire).

Cette Chaire, qui sera localisée à EURECOM sur le campus SophiaTech représente aussi une étape clé dans un partenariat historique démarré en 2014 lors de l’ouverture du laboratoire de recherche parisien à Boulogne Billancourt, de Huawei dirigé par Dr. Merouane Debbah. Cette nouvelle collaboration d’envergure est placée sous la supervision du Pr. David Gesbert, chef du département Systèmes de Communication d’EURECOM. Elle s’étendra sur une période de cinq ans. C’est Marios Kountouris recruté en tant que professeur et principal chercheur de la Chaire Huawei, qui sera en charge de constituer une équipe de recherche de haut niveau, entièrement dédiée aux travaux de recherche sur la future 6G.

Apporter une réponse aux nouveaux défis de l'après 5G

Il s'agira d’apporter une réponse aux problèmes scientifiques fondamentaux posés par les nouveaux défis dans le contexte de l’après 5G. Ceci concerne en particulier le développement de méthodes d’allocation intelligentes et autonomes des ressources spectrales. Les techniques développées devront permettre de faire face à l’explosion des services et terminaux radio, du terminal personnel d’accès à internet, aux capteurs connectés pour la ville intelligente, en passant par la conduite automatique assistée par le réseau, jusqu’aux robots connectés.

"Ces futurs besoins de service constituent un défi extraordinaire pour les réseaux sans fil à venir et rendent peu probable que la 5G, déjà quasi standard, soit la solution ultime et définitive. En revanche, nous estimons qu’une profonde évolution de la conception du système est nécessaire, tant au niveau de l’accès radio que de la manière dont les services seront orchestrés et de la manière dont les ressources seront allouées" estime David Gesbert, responsable de la chaire.

Ces nouveaux scénarios combinent des exigences apparemment irréconciliables : celles, tout à la fois, d'une efficacité spectrale élevée, d'un temps de réponse ultra-court et d'un coût abordable ! L’équipe de recherche capitalisera sur l’expertise du département Systèmes de Communications de l'école dans le domaine de l’analyse mathématique des réseaux sans-fils et l’invention d’algorithmes de communication de données efficaces en débit, fiabilité, et latence.

Répondre aux ruptures technologiques à l'horizon 2030

Pour Huawei, faire appel aux experts d’EURECOM pour envisager la 6G est la suite naturelle d’une collaboration commencée il y a quelques années. "Huawei souhaite soutenir fortement la recherche fondamentale sur les ruptures technologiques qui seront déployées à l’horizon 2030" explique Merouane Debbah, Directeur du laboratoire Huawei à Paris. "Nous atteignons déjà les limites théoriques des lois de télécommunications datant de 1948 et il nous faut de nouvelles approches scientifiques permettant de revoir en profondeur nos modèles".

"EURECOM est aujourd’hui le meilleur centre Européen de recherche dans les technologies sans fils avancés et cette chaire est l’occasion de développer durablement les futures compétences méthodologiques et algorithmiques pour les télécommunications en France". Les premiers résultats attendus seront rendu public à la fin de l’année 2019. Mais Sophia est désormais déjà en route pour la 6G!


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011