ShareThis

Transfert de technologies : les SATT créent leur association

Chargées de la valorisation de la recherche des laboratoires publics français, les Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies ont désormais leur association. Elle est présidée par Olivier Fréneaux, président par ailleurs de la SATT Sud-est.

Lancées pour les plus anciennes il y a deux ans, les Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies ont désormais leur association. Présidée par Olivier Fréneaux, président de la SATT Sud-est, l’Association des SATT regroupe 8 des 12 SATT françaises déjà constituées (les 4 autres devraient rejoindre prochainement). Dans un souci de mutualisation, elle est chargée de conduire des actions partagées afin d’accroître l'efficacité, la visibilité et la lisibilité des membres.

Les 12 SATT déjà créées se sont vues confier l’exclusivité de la valorisation et du transfert des résultats de recherche de 145 établissements publics de recherche français, actionnaires ou rattachés. Elles concentrent des compétences qui étaient dispersées auparavant dans 67 services de valorisation d’université. "Nous sommes devenus les interlocuteurs uniques du transfert vers les entreprises de la propriété intellectuelle et des savoir-faire des laboratoires de ces 145 établissements de recherche", souligne ainsi Olivier Fréneaux.

Toutes les SATT ne sont pas au même stade de développement puisque les premières ont plus de 2 ans d’existence alors que les dernières sont tout juste créées. Néanmoins, au 30 avril 2014, ces 12 SATT présentaient ensemble une force de plus de 350 personnes spécialisées en propriété intellectuelle, en ingénierie de projets technologiques, en droit, marketing et développement commercial. Elles avaient détecté et analysé environ 2300 projets de valorisation, déposé 372 brevets prioritaires aux noms de leurs actionnaires, investi 48 millions d’euros en propriété intellectuelle et sur des projets de maturation, signé 86 licences d’exploitation de technologies avec des entreprises et contribué à la création de 22 start-up.

Le président de l'Association des SATT, Olivier Fréneaux (à gauche), lors de la signature en septembre 2013 au Business Pôle de Sophia Antipolis d'une convention avec l'Incubateur PACA-Est que présidait alors Gérard Giraudon. Cette convention vise à accélérer la création d’entreprises innovantes sur les territoires azuréens et varois, en s’appuyant sur les expertises complémentaires de chaque entité.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011