ShareThis

Joia Méridia : un nouveau quartier qui dessine le Nice du 21ème siècle

Joia Méridia, le projet phare de Nice Eco Vallée a été dévoilé à Paris en présence du groupement lauréat Pitch Promotion – Eiffage Immobilier avec Lambert Lénack, l'architecte coordonnateur et de l'équipe d'architectes internationale. Après la présentation du Campus de l'apprentissage, c'est le nouveau Nice et son caractère méditerranéen version 21ème siècle que l'on peut désormais visualiser.

Avec le dévoilement mercredi à Paris dans la Maison de la Métropole de Joia Méridia, le projet lauréat de tout un quartier au cœur de la technopole urbaine, présentation qui suit celle faite lundi du futur Campus régional de l'apprentissage de la CCI Nice Côte d'Azur, c'est le Nice du 21ème siècle qui se dessine en plein. Le nom du lauréat de ce "macrolot" (73.500 m2 de Surface de Plancher) avait été donné début janvier : le groupement Pitch Promotion – Eiffage Immobilier avec Lambert Lénack comme architecte coordonnateur. Mais, jusqu'à présent, aucun visuel n'avait été montré sur ce qui avait été proposé en termes d'aménagement, de structuration de l'ensemble et d'architecture. (Sur la photo ci dessus @ Sou Fujimoto, la "tour Fujimoto qui donnera sur l'avenue Simone Veil).

Une tonalité très méditerranéenne

Dans les images qui ont été ainsi dévoilées mercredi, en présence de l'équipe internationale d'architectes dont Sou Fujimoto (Japon), Cino Zucchi (Italie), Dimitri Roussel, Roland Carta, Chartier Dalix, Anouck Matecki et le paysagiste Alain Farragou, on retrouvera des éléments qui rappellent le parti pris méditerranéen de Corinne Vezzoni et Jean-Philippe Cabane pour le Campus d'apprentissage. La tonalité générale là aussi est au blanc, avec des bâtiments signalétiques (pour Joia Méridia, la tour Fujimoto), des jardins intérieurs luxuriants et des places de villages en écho à la Place Garibaldi du vieux Nice.

L'ensemble est imposant en nombre de mètres carrés bâtis : 51.300 m² d’habitations (quelque 800 logements représentant 75% du programme), 7.900 m² pour des hôtels, 6.100 m² de commerces, 2.850 m² de bureaux et services. Viennent s'y ajouter 5.000 m² pour une future Cité du bien-être et 1.220 places de parkings privés et publics. Mais il s'agit d'abord d'un lieu de vie, pensé dans la cohérence.

La naissance d'un quartier animé

Dans sa présentation, Christian Estrosi, président de la Métropole, a aussi salué la naissance d’un quartier animé avec toutes les fonctions qu’on doit y trouver pour en faire un lieu de vie : logements, commerces, place centrale, bureaux, espaces de détente, grands parcs, hôtels… "C’est un lieu parfaitement desservi : par les lignes 2 et 3 de tramway, par le PEM Saint Augustin tout proche et par l’aéroport", a-t-il également souligné. Et d'ajouter qu'il s'agissait d'un espace de référence architecturale et urbaine avec une architecture pensée sur le long terme, une éco-exemplarité au service du bien-être. De même les promoteurs ont rappelé que "l’ensemble de ce programme mixte a vocation à devenir le cœur de la technopole urbaine de Nice Ecovallée, un quartier convivial, confortable et innovant".

Une serre contemporaine, des espaces jardins en cœur d’îlot qui forment des terrasses ouvertes sur la ville et entrent en résonance avec la vocation agricole de la plaine du Var. Ce sera la première livraison du macrolot dès 2020. (@ DR)

Des places qui viennent en écho à la place Garibaldi du Nice traditionnel. (Photo @ Lambert Lénack)

Un calendrier prévisionnel très resserré

Il s'agira d'aller vite...et bien. Ainsi les travaux des parcs urbains démarrent dès 2018. L’aménagement précède la construction pour une qualité de vie optimale dès les premières livraisons, est-il noté.

- L’EPA démarre dès cette année le cours Robini au nord du macrolot à côté de Nice premium.

- Fin 2018, un second parc urbain sera lancé : le cours de l’Université.

- Livraison des parcs : fin 2019

- 2020 : livraison du bâtiment emblématique de Sou Fujimoto avec des logements et une supérette de quartier (dépôt du permis de construire cette année)

- Ensuite réalisation du projet en deux phases :

  •  2021/2022 : d’abord, les projets qui bordent l’avenue Simone Veil, avec du logement, des services et commerces de proximité, les premiers restaurants qui donnent sur le parc, la conciergerie, l’hôtel et le parking ouvert au public
  •  2023/2024 : ensuite, les projets qui entourent la place avec la cité du bien-être, les restaurants, des commerces de proximité, des bureaux et le reste du parking ouvert au public

- 2024 : finalisation de l’opération.

Le montant d’investissement global privé pour l’opération s’établit à 275 M€ TTC environ. Après 6 ans d’éco-vallée plus de 750 M€ d’investissements privés sont déjà prévus sur cette zone. 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011